facebook-ads

Selon divers médias anglo-saxons, la société Cambridge Analytica aurait exploité les données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook. Face à ce scandale, le réseau social a pris 9 mesures pour limiter l’accès aux données personnelles.

Une validation préalable exigée pour les pages API

Les applications qui pourront accéder aux pages API ou Application Programming Interface seront désormais celles qui sont validées par Facebook. Rappelons que ces pages servent à créer des outils s’adressant aux community managers ou administrateurs de pages Facebook.  

L’accès aux Events API soumis à une certification

Les applications ayant obtenu la certification du réseau social seront les seules à pouvoir accéder aux Events API (API consacrée aux événements). Ainsi, les applications non certifiées n’auront plus accès aux posts publiés ainsi qu’aux listes d’invités d’un événement donné.

L’accord de l’administrateur du groupe est requis

Pour s’assurer qu’elles sont bénéfiques au groupe, les applications utilisant les Groups API devront dorénavant être validées par Facebook et par un administrateur.

En outre, elles ne pourront plus avoir accès à la liste des membres du groupe. Le réseau social a par ailleurs rendu confidentielles les informations personnelles (nom et photo de profil) des membres sur les commentaires et les publications.

Les informations sensibles seront dissimulées

Pour utiliser la fonctionnalité Facebook Login, les applications devront obtenir l’accord préalable du réseau social. Elles auront accès comme auparavant aux vidéos, aux check-ins, aux événements, aux likes, aux groupes, aux posts, etc.

Néanmoins, les données sensibles (celles concernant notamment les études, l’opinion publique, la religion, les informations concernant votre carrière, etc.) ne seront pas divulguées.

Dans un futur proche, les informations concernant les utilisateurs n’ayant pas utilisé leur application depuis trois mois ne seront par ailleurs plus accessibles aux développeurs.  

Des restrictions concernant également Instagram

Ces différentes restrictions concernent aussi l’Instagram Plateform API. En effet, Instagram prévoit des mises à jour de l’API pour le 31 juillet et le 11 décembre 2018. Actuellement, certaines options offertes par cette interface sont désactivées.

Désactivation des agrégateurs de données

Les data brokers (entreprises qui revendent les informations à des prestataires marketing ou des annonceurs sur l’outil publicitaire de Facebook) ne pourront plus agréger des données sur le réseau social.

Suppression des accès en masse aux applications

Les utilisateurs de Facebook peuvent dorénavant connaître les applications avec lesquelles ils partagent leurs données ainsi que le type d’informations partagées. Grâce à un lien qui s’affiche en haut du fil d’actualité, le réseau social vous propose de consulter les applications ayant accès à vos données. Il est possible de bloquer l’accès à votre guise.

De plus, à l’aide des paramètres de confidentialité de l’application, vous pouvez procéder à une suppression massive des accès. Avec une telle mesure, les utilisateurs redoubleront de vigilance en considérant les accès oubliés ou acceptés par négligence.

Recherche impossible de personnes via leur adresse email

Facebook a déclaré que la fonctionnalité permettant de retrouver des personnes était pratique dans certains pays comme le Bangladesh où il n’est pas évident d’écrire le nom d’une personne. À noter que dans ce pays, 7 % des recherches sur le réseau sont effectuées par email.

Aujourd’hui, Facebook a décidé de désactiver cette fonctionnalité. Cette mesure a été adoptée étant donné que certains utilisateurs recourent à la méthode de recherche par email pour extirper des informations sur les profils publics.

L’historique des SMS et des appels sera effacé

De nombreux utilisateurs ne savaient pas que Facebook enregistrait l’historique de leurs SMS et de leurs appels sur Android. Suite à l’affaire Cambridge Analytica, quelques-uns d’entre eux ont téléchargé leurs données personnelles pour en savoir davantage sur les informations stockées par le réseau social.

Facebook a décidé de supprimer l’historique des années passées et de ne retenir que les informations essentielles durant les appels.

Les conséquences du scandale Cambridge Analytica

Suite à ce scandale, quelques internautes ont supprimé leur compte Facebook. Les 10 et 11 avril, Mark Zuckerberg (le PDG du réseau social) devra s’expliquer sur la gestion des informations personnelles devant le Congrès américain et les caméras.

Rappelons que les données des utilisateurs ont été transmises à leur insu à l’entreprise Cambridge Analytica par le biais d’une société intermédiaire proposant des tests psychologiques sur le réseau.

Contact sans engagement

Besoin d’information ? On est là pour vous aider !